Une start-up promet de recharger les smartphones en 30 secondes


Un article des Echos

Lire également Les Echos depuis votre navigateur web : http://webapp.lesechos.fr
Consulter nos offres d’abonnement : http://abonnement.lesechos.fr

Une start-up promet de recharger les smartphones en 30 secondes

Storedot, une start-up développerait actuellement une technologie capable de recharger un smartphone en 30 secondes. Une révolution potentielle tant dans la technologie que dans les usages.

Tous les possesseurs de smartphones ont déjà pesté contre la trop faible autonomie de leur batterie et/ou se sont retrouvés dans l’incapacité de passer un appel important. Faute d’avoir eu le temps de recharger son téléphone. C’est une solution révolutionnaire à ce petit tracas ordinaire que la start-up israélienne Storedot souhaite commercialiser d’ici 2016.

La technologie que développe actuellement Storedot serait capable de recharger un smartphone en seulement 30 secondes, a révélé la société au cours de la Think Next Conference de Microsoft qui se tenait à Tel Aviv. Ville où se trouve également son siège social. Le prototype présenté fonctionne avec le Samsung Galaxy S4 et a pour l’instant l’inconvénient de sa taille. La miniaturisation est donc la prochaine étape à franchir, sans quoi la technologie perdrait beaucoup en intérêt. L’un des objectifs de Storedot étant d’éviter que les consommateurs soient contraints de modifier leur organisation pour être sûrs d’avoir un téléphone chargé.

A terme, la technologie devrait être compatible avec toutes les marques et ce bien que ni Apple ni Samsung n’ont investi dans cette start-up. Une fabricant chinois – dont le P-DG de Storedot, Doron Myersdorf, préfère ne pas dévoiler le nom – l’aurait fait pour intégrer cette technologie à ses appareils. Le prix des chargeurs que Storedot prévoit de mettre en vente d’ici deux ans devrait avoisiner celui de leurs homologues traditionnels.

Une technologie « organique »

Pour recharger un smartphone en si peu de temps, Storedot s’appuie sur une technologie d’origine organique. « Nous avons modifié la surface des électrodes avec des nanoparticules biologiques, appelées peptides, pour modifier les réactions chimiques des électrodes et dégager une énergie supplémentaire », explique Doron Myersdorf. Ces semi-conducteurs, développés par la Chaire de micro-électronique de l’université de Tel Aviv, pourraient avoir une portée technologique et écologique allant bien au-delà du rechargement des téléphones portables.

Flexibles et moins gourmands en énergie que les semi-conducteurs en silicium utilisés actuellement, ils accélèrent le rechargement de toutes les batteries, y compris celles qui n’en sont pas composées. Ils permettraient également de diviser par dix la consommation d’énergie d’appareils comme les téléviseurs ou les ordinateurs. Enfin, leur flexibilité permettrait de réaliser une vieux rêve des fans de science-fiction : des produits électroniques flexibles.

LIRE AUSSI :

Windows Phone devient moins cher qu’Android

Microsoft met a jour Windows Phone en pensant aux entreprises

Le « Firefox phone » lowcost de Mozilla

Droit de reproduction et de diffusion réservé © Les Echos.fr 2013

Jean Séry
Eolen Groupe
Consultant – Juriste
Cash Management

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s