Cette nuit en Asie : coup dur pour le commerce extérieur chinois


Un article des Echos

Lire également Les Echos depuis votre navigateur web : http://webapp.lesechos.fr
Consulter nos offres d’abonnement : http://abonnement.lesechos.fr

Cette nuit en Asie : coup dur pour le commerce extérieur chinois

Les exportations chinoises ont cédé 6,6% sur un an en mars, à 170 milliards de dollars. Le solde extérieur de la Chine est toutefois excédentaire, après un déficit en février.

Les économistes n’anticipaient qu’un chiffre maussade, celui publié ce jeudi matin est franchement mauvais. Les exportations chinoises ont chuté de 6,6% sur un an en mars, à 170 milliards de dollars, tandis que les importations, elles, reculaient de 11,3%, à 162 milliards. Si le pays affiche à nouveau un excédent mensuel, contrairement au scénario de février, c’est bien un coup de froid qu’a connu, le mois dernier, le secteur exportateur chinois. L’administration des douanes ne s’en cache pas, reconnaissant dans un communiqué que «la Chine voit ses avantages compétitifs dans les échanges commerciaux traditionnels éclipsés par des facteurs négatifs, dont la concurrence montante des pays voisins».

Mais elle invite à ne pas dramatiser la situation, car un effet de base biaise les chiffres du premier trimestre. En effet, début 2013, une fraude s’était développée rapidement : de fausses transactions commerciales permettaient de faire rentrer sur le territoire des yuans afin de spéculer à la hausse sur la devise chinoise. Cette pratique avait artificiellement gonflé les chiffres du commerce extérieur, ce qui accentue l’effet négatif, un an plus tard. Pour Pékin, le commerce extérieur chinois devrait donc se redresser dans les prochains mois, car la fraude de l’année dernière avait rapidement été éradiquée. L’objectif d’une croissance de 7,5% du commerce extérieur sur l’année serait encore tenable, veut croire Pékin. Ce mauvais signal intervient malgré tout dans un contexte défavorable pour l’économie chinoise, dont le secteur manufacturier traverse une mauvaise passe, obligeant Pékin à opter pour des mesures de relance ciblées .

L’heure de vérité pour le géant chinois de la viande de porc

Le géant chinois WH a lancé, jeudi matin à Hong Kong, une introduction en Bourse qui pourrait être la deuxième plus importante de l’histoire de l’industrie agroalimentaire, après celle effectuée par Kraft Food en 2001.

Droit de reproduction et de diffusion réservé © Les Echos.fr 2013

Jean Séry
Eolen Groupe
Consultant – Juriste
Cash Management

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s