Pierre-René Lemas remplace Jean-Pierre Jouyet à la Caisse des dépôts


Un article des Echos

Lire également Les Echos depuis votre navigateur web : http://webapp.lesechos.fr
Consulter nos offres d’abonnement : http://abonnement.lesechos.fr

Pierre-René Lemas remplace Jean-Pierre Jouyet à la Caisse des dépôts

Deux candidats sérieux se détachaient pour remplacer Jean-Pierre Jouyet à la direction générale de la Caisse des dépôts : Pierre-René Lemas, secrétaire général de l’Elysée sortant, et Dominique Marcel, patron de la Compagnie des Alpes. Le premier l’a emporté.

Le suspens n’aura pas duré longtemps : François Hollande a fait le choix d’une inversion des rôles entre son secrétaire général et le directeur général de la Caisse des dépôts. Selon nos informations, Jean-Pierre Jouyet a annoncé mercredi en fin d’après-midi à son comité de direction que c’est finalement Pierre-René Lemas, secrétaire général de l’Elysée sortant, qui le remplacera à la tête de la Caisse des Dépôts. Lui-même prendra la suite de son successeur au secrétariat général de l’Elysée à partir du 16 avril.

Pierre-René Lemas, 63 ans, était en concurrence avec Dominique Marcel, actuel patron de la Compagnie des Alpes et ancien numéro deux de la Caisse des Dépôts du temps de Francis Mayer. Dominique Marcel a obtenu en guise de lot de consolation la présidence non exécutive de bpifrance. Le secrétaire général de l’Elysée sur le départ avait un atout de poids par rapport à l’ancien directeur de cabinet de Martine Aubry quand elle était ministre de l’Emploi : il est issu de la promotion Voltaire de l’ENA, comme François Hollande et Jean-Pierre Jouyet. Par ailleurs, le Président de la République aurait pris sa décision en plein accord avec Henri Emmanuelli, député PS des Landes et président de la Commission de surveillance de la Caisse des dépôts, vigie parlementaire du groupe public. La nomination de Pierre-René Lemas doit en effet encore être approuvée par le Parlement.

Choix inédit

Le choix de cet ancien préfet n’en reste pas moins inédit. « Il n’a pas un profil de financier. Jusqu’ici la Caisse a toujours eu des directeurs généraux qui avaient fait de la finance », observe un fin connaisseur de l’institution. Par ailleurs le nouvel homme fort de la Caisse des dépôts sera nommé pour un mandat complet de cinq ans. Autrement dit, en cas de changement de majorité à la tête de l’Etat dans trois ans, l’exécutif et son bras armé risque de ne plus être alignés. Le passé récent a montré combien il était important que le directeur général de la Caisse des dépôts et l’exécutif travaillent main dans la main. « Le tandem Augustin de Romanet, nommé par Jacques Chirac à la tête de la Caisse des Dépôts, et Nicolas Sarkozy à la présidence de la République, a été très préjudiciable à l’institution financière », rappelle un proche du groupe public. ■

Droit de reproduction et de diffusion réservé © Les Echos.fr 2013

Jean Séry
Eolen Groupe
Consultant – Juriste
Cash Management

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s