« Réformes, il faut aller plus loin… et plus vite ! » : l’appel de 82 patrons à Manuel Valls


Un article des Echos

Lire également Les Echos depuis votre navigateur web : http://webapp.lesechos.fr
Consulter nos offres d’abonnement : http://abonnement.lesechos.fr

« Réformes, il faut aller plus loin… et plus vite ! » : l’appel de 82 patrons à Manuel Valls

EXCLUSIF – Les mesures annoncées par le Premier ministre ne sont pas à la hauteur du problème posé à nos entreprises, estiment dans un texte commun 82 patrons d’Eti et d’entreprises familiales.

« Le Premier ministre a fait de « l’efficacité » le titre de sa déclaration de politique générale et le maître mot de l’action de son gouvernement. L’efficacité, c’est indiscutablement de trouver le chemin le plus direct et le plus court pour endiguer le fléau majeur qui accable notre pays : le chômage de masse dans lequel bascule chaque mois l’équivalent d’une ville de province.

L’efficacité, c’est également de reconnaître que la seule réponse durable à ce fléau viendra des entreprises et qu’il est impératif de les placer dans un environnement compétitif équivalent à celui de nos partenaires européens. A cet égard, la vérité est cruelle : la France ponctionne une fois et demie de plus ses entreprises que ses voisins européens. Une fois et demie de plus ! Dans une économie ouverte sur le monde, la situation est intenable, d’autant qu’elle dure depuis maintenant quinze ans.

Cette vérité de la mondialisation, tous les autres pays européens l’ont compris avant nous, en menant les réformes toujours courageuses et souvent impopulaires pour garder leur rang et se donner un avenir. L’Europe du Nord dans les années 1990, l’Allemagne dans les années 2000, l’Espagne, le Portugal, l’Italie ou la Grande-Bretagne plus récemment. La France est aujourd’hui seule au bord du chemin.

« Un effort beaucoup plus massif en faveur de la compétitivité »

Pour rattraper ce retard, et le Premier ministre a raison, nous n’avons d’autre choix que l’efficacité. Mais de quelle efficacité parle-t-on ? L’efficacité commande d’agir vite. Or aucune mesure qui vient d’être annoncée ne s’appliquera immédiatement. Toutes s’égrènent jusqu’en 2020, voire au-delà. Qu’en sera-t-il de nos entreprises en 2020 ? A quel nouveau sommet se situera le chômage ?

L’efficacité appelle un effort beaucoup plus massif en faveur de la compétitivité. De quoi nous a parlé le Premier ministre ? De 10 milliards d’euros quand l’écart avec nos voisins européens est 10 fois plus important. De 10 milliards ? Quand les dépenses publiques ont encore progressé de 23,5 milliards l’année dernière pour atteindre le record de 1.176 milliards d’euros.

L’efficacité consiste à agir à tous les niveaux de l’Etat et des territoires. Ce n’est pourtant pas le chemin qui est pris. Alors que des économies s’annoncent sur les dotations de l’Etat aux collectivités, la fiscalité locale ne cesse d’augmenter : 60 départements viennent de décider d’une hausse des droits de mutation, alors que les impôts locaux sur les entreprises ont déjà progressé de 6,4 % en 2013.

« Pas d’efficacité sans confiance »

L’efficacité exige simplicité et cohérence. Par quel chemin sinueux en sommes-nous arrivés à concevoir une baisse du coût du travail reposant sur un crédit d’impôt sur les sociétés ? Pourquoi une fois de plus corseter les baisses des charges dans des seuils qui sont autant d’obstacles à l’évolution de nos salariés et à la montée en gamme de notre économie ? Et quelle cohérence donner à cette baisse de charges quand le gouvernement vient d’ajouter deux nouvelles cotisations au titre du compte pénibilité ?

Enfin, il n’y a pas d’efficacité sans confiance. Les déclarations ne suffisent pas à changer la réalité de nos entreprises. Une réalité marquée par la multiplication des contrôles fiscaux et sociaux, et par une insécurité juridique inédite qui place nos entreprises face au risque d’arbitraire, comme en attestent les exemples récents autour de l’abus de droit et de la notion des holdings animateurs. Où est la confiance quand l’administration place nos entreprises qui se battent dans la crise dans une situation de « présumé coupable » ?

L’efficacité ne se préjuge pas. Elle se prouve dans l’action. Le moment est historique pour être efficaces tous ensemble. Nos entreprises y sont prêtes. »

LA LISTE COMPLETE DES SIGNATAIRES

La liste complète des signatairesfrom lesechos2

Droit de reproduction et de diffusion réservé © Les Echos.fr 2013

Jean Séry
Eolen Groupe
Consultant – Juriste
Cash Management

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s