La première coopérative britannique lutte pour sa survie


Un article des Echos

Lire également Les Echos depuis votre navigateur web : http://webapp.lesechos.fr
Consulter nos offres d’abonnement : http://abonnement.lesechos.fr

La première coopérative britannique lutte pour sa survie

The Co-operative Group, en sérieuse difficulté à cause de sa filiale bancaire, a perdu 2,5 milliards de livres en 2013. Un coup dur pour les tenants britanniques du secteur mutualiste.

Les défenseurs du système mutualiste – en particulier les proches du parti travailliste – vivent en ce moment des jours difficiles outre-Manche. The Co-operative Group, détenu par plus de 8 millions de clients, ce qui en fait le plus gros acteur dans cette catégorie d’entreprises, a confirmé jeudi qu’il avait enregistré une perte de 2,5 milliards de livres en 2013, la plus importante de ses 150 ans d’histoire. Une restructuration drastique est désormais incontournable s’il veut survivre à la pression de ses banques.

Le déficit est généré avant tout par The Co-operative Bank, promise il y a encore deux ou trois ans à un avenir radieux, mais dont le groupe a été forcé de céder le contrôle à des «hedge funds» à cause d’une croissance externe incontrôlée. Cette filiale a perdu 1,4 milliard au total l’an dernier et coûté à sa maison-mère une dépréciation de 625 milions dans son bilan. Hélas, le problème de The Co-operative Group, désormais principalement présent dans la distribution alimentaire, n’est pas entièrement circonscrit à cette activité déconsolidée depuis car elle est détenue seulement à 30%.

Les ventes des supermarchés en baisse

Les ventes hors revenus bancaires ont en effet reculé de 11 à 10,5 milliards l’an dernier. Les supermarchés et supérettes ont vu les leurs baisser de 7,4 à 7,2 milliards et ont enregistré une perte opérationnelle. Le groupe est présent par ailleurs dans les pharmacies, le secteur agricole, l’assurance, les services légaux et dans les pompes funèbres, et ces activités connaissent des fortunes diverses.

Pour résister à une concurrence féroce outre-Manche dans la distribution, Richard Pennycook, le nouveau directeur général, a décidé de mettre l’accent sur les prix et l’ouverture de supérettes. Le groupe a également officiellement mis en vente ses fermes et ses 782 pharmacies.

Mais pour conduire cette restructuration, il devra avant tout réformer sa gouvernance, actuellement l’objet de déboires publics, voire de scandales. Lord Paul Myners, une figure de la City, a démissionné avec fracas du conseil d’administration en mars, à cause de l’accueil plus que glacial réservé à ses propositions de réforme, notamment en direction d’un fonctionnement plus proche de celui d’une société classique. Son rapport sera toutefois publié bientôt et le groupe s’est engagé jeudi à soumettre ses principales recommandations au vote de son assemblée générale, le 17 mai prochain.

Une épine dans le pied des politiques britanniques

Alors que la crise financière n’est pas encore refermée, il y a un paradoxe à voir The Co-operative Group sombrer. Le mouvement mutualiste a, en effet, été porté aux nues outre-Manche, avec le distributeur John Lewis, au succès incontestable, comme porte-drapeau. L’idée de transférer la propriété des entreprises à leurs employés était centrale dans le thème de la Big Society porté par David Cameron, le Premier ministre conservateur.

Ce sont toutefois les travaillistes qui sont le plus touché par la débâcle de The Co-op Group, parce que cette entreprise finance The Co-Operative Party, une formation affiliée au Labour. Celle-ci est indépendante juridiquement du Co-op Group mais il la finance à hauteur de 800.000 livres par an et Co-op Bank lui prête de l’argent, «sur une base commerciale», assure un porte-parole. Il va sans dire que les tories ne se sont pas privés d’associer le leadership travailliste aux difficultés du Co-op Group. ■

Droit de reproduction et de diffusion réservé © Les Echos.fr 2013

Jean Séry
Eolen Groupe
Consultant – Juriste
Cash Management

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s